Sur les dents [Maeve Regan #5] d Marika Gallman

Après un long week-end en famille qui ne m’a guère laisser le temps de lire me voici revenue avec le dernier article de la série de Marika Gallman. Comme les autres j’ai eu un peu de mal à me plonger dedans c’est mou et redondant, mais bon, j’ai réussi à la finir et je suis bien contente de moi, çà en fait déjà cinq de lu dans ma PAL.

maeve-regan,-tome-5---sur-les-dents-408305-250-400

Résumé : Victor n’est pas mort et se cache parmi les amis proche de Maeve. Cette dernière lui tend un piège pour les vaincre, tout se déroule parfaitement jusqu’à ce que son père lui dérobe sa magie. Cependant il lui laisse la vie et un choix, elle a trois jours pour se décider à le rejoindre, sinon il tue un à un ses amis. Trois jours pour sauver Aya, la première vampire, qui lui fera dont de sa magie pour vaincre Victor. Mais ce n’est pas foncièrement à la magie que l’on doit la mort du tyran, mais plutôt à un fils plutôt rancunier.

Mon avis : J’ai vraiment mis du temps à me plonger dans le roman, c’est longuet par moment. On tourne en rond, et le livre et répétitifs. Le manoir, le château de Victor, le manoir, le château de Victor… Cà en est devenu lassant. Heureusement que l’histoire se termine sur ce cinquième volume.

Certes j’ai apprécié l’idée de l’intrigue mais je n’ai pas vraiment réussi à m’attacher à Maeve. Autant elle pouvait être marrante par moment, autant elle m’exaspérait à d’autres. Cependant j’ai adoré les personnages secondaires, les trois tantes, Tara, Lukas, Trevor et Barney qui est de loin mon préféré avec son humour. Dommage je l’aimais bien.

Extrait :  » – Je vais te trouver des choses à faire. Pour chacune d’entre elles, on désignera quelqu’un. Si tu réussi, je le libère. Si tu perds…

- Tu as dit une première épreuve facile, le coupais-je. Pour prouver ta bonne foi.

- C’est vrai, se souvint-il. Il faut que je trouve quelque chose.

Il regarda par dessus ma tête comme s’il y cherchait une sale idée et ses pupilles s’agitèrent de petits spasmes tandis qu’il faisait défiler des possibilités. Il allait me demander quelque chose d’atroce. La facilité n’était qu’une illusion dans ce monde.

- Ah, voilà ! Je sais ! Sept fois six ?

J’écarquillais les yeux. C’était une blague ? Des multiplications ? Je devais nager en plein rêve depuis que j’avais atterri au château. A ce train là, je pourrais tous les libérer en cinq minutes. [...]

- Ta réponse ?

Sept fois six. C’était du gâteau. Pourtant, tandis que j’effectuais la multiplication, le doute m’assaillit. C’était trop facile. Il devait y avoir un piège. [...]

- Tu sais compter, quand même ? me relança Victor. Parce que je suis parti du principe que c’était le cas. »

Extrait de Sur les dent de MArika Gallman, chapitre 26 pages 416 et 417

À propos de lestribulationsdunelectricepassionnee

Voir tous les articles de lestribulationsdunelectricepassionnee

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Bibliothèque de Montfort le... |
Ronsardalapatate |
Poèmes de Michel |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Deslivrespourbb
| Camechappe
| thelifeisanart